03
2013
Avr

Jacques Mateos : Un photographe MyCWC {sélection 2013}

Dans la série des photographes dont j’apprécie le travail il y a celui que je vais vous présenter aujourd’hui . Jacques Mateos de Magic flight studio fait parti des tout premier m’ayant fait confiance permettant de publier mon tout premier reportage sur la cérémonie du thé !

Depuis je n’ai pas eu l’occasion de vous faire partager son travail, cependant il reste pour moi dans la liste des photographes au top pour un mariage culturel ou multi culturels, et est-t-il  nécessaire de préciser qu’il en a fait sa spécialité . Toujours en vadrouille autour de notre planète, ce photographe possède une grande ouverture d’esprit et une connaissance de l’autre.

Je vous préviens, Jacques en plus d’être un photographe de talent, est un vrai personnage, un caractère affirmé. Autant vous dire qu’il a répondu avec gentillesse et sans langue de bois à ce questionnaire qui vous permettra d’en savoir un peu plus sur le mystérieux Jacques Mateos le tout illustré par ses clichés préférés.

  •  Présentation

« Moi c’est « marié, 4 filles géniales, amateur de mer, de musique qui fait bouger les épaules et de bonnes cuisines, photographe par passion et parce que à un moment faut faire ce qu’on veut dans la vie… »

  • La culture et le mariage

« D’origine espagnole et grecque, avec de la famille disséminée un peu partout c’est difficile de faire que du tradi-catholico-français… A la base j’adore voyager et rencontrer des gens qui vivent différemment et c’est bien naturellement que j’ai été amené à en faire, maintenant j’essaye de « travailler » le sujet, je les cherche. J’aime le changement, je fuis la routine qui attire vers la répétitivité et fatalement la médiocrité. J’aime aussi l’inattendue, la surprise, me faire bousculer, je n’ai pas choisi de faire ce métier pour « aller au bureau »
  • Coutumes et traditions…

« A la base ma façon de travailler permet de s’adapter , pour deux raisons : la première est que je fais du reportage, j’ai un oeil dans le viseur, l’autre à coté et un troisième qui regarde où je suis pas…plus sérieusement, le 3ème oeil est justement ma deuxième raison, j’essaye toujours de me poser la question qu’est ce qui se passe ailleurs ?, je suis avec la future mariée, alors où est il lui ?, les parents sont où ?, Il y a un témoin principal, mais pourquoi ?, En fait, je me pose des questions et çà c’est multiculturel.
Je souhaite capter des petits moments que la mariée ne voit pas, je dois donc me déplacer. C’est la partie relativement facile. La partie la plus délicate a trait à des points importants qui sont du domaine de la tradition, la cérémonie du thé et les personnes qui sont fatalement importantes, est assez courante en France, en revanche celle qui l’est moins est la cérémonie « Sofre ye aghd », perse, qui comporte des objets et nourritures qui sont porteurs de symboles (comme le miroir) outre les photos de détails que l’on a tendance à faire plutôt naturellement, il est important d’en faire certaines, un peu des figures imposées, et d’y attacher un soin particulier. Je suis extrêmement respectueux des coutumes et j’essaye d’apporter ma touche personnelle. Dans tous les cas le couple apporte spontanément des informations, il faut y être attentif et être suffisamment serein le jour j pour les garder en tête. »

  • Mes limites

« Sur la façon de faire : j’essaye de ne pas être intrusif, j’établie des relations avec les gens (les mariés, les témoins, la famille, les amis) mais je ne suis pas un animateur…
Sur le style : pas de photo de groupe sur les marches de la mairie…point ! Certains font ça très bien, pas de photos de groupe interminables pendant le cocktail, juste par ce que « ça se fait », pas de parc avec des fleurs.. mais en principe les clients se reconnaissent dans mes photos, ou pas…Le filtre se fait tout seul.
Sur le terrain : je ne supporte pas qu’on me dise ce que j’ai à faire, je suis intraitable sur le timing si je suis partie prenante, je peux ne pas m’arrêter, je suis capable d’aller au bout physiquement, jusqu’à épuisement pour ramener des images.
Sur la prise de vue : je m’en connais pas tant qu’il n’y a pas de danger physique non géré, tôt ou tard, le jour ou la nuit, je vais dans l’eau si il faut, je me suis fait suçoter par des petits poissons dans un Cenote au Mexique, regarder dans les yeux par un Iguane…

  • Un qui T’aS marqué…

    « Ils m’ont tous marqué à un moment particulier, je suis extrêmement sensible (surement trop même) donc il y a toujours un moment avec une grand mère, ou avec le marié qui craque ou autre qui me rappelle un souvenir personnel ou des situations.  Sinon dans mes expériences c’est surement celui au Mexique en Mars, à la fois culturel (le Mexique où les mariés habitent avec une partie de la famille), religieux (juif), la situation (la plage), la durée (3 jours), les gens (la famille des mariés, mon assistante qui m’a ouvert ses portes) celui ci m’a profondément marqué et m’a fait changer certaines choses. »

 

  • La suite

    « Faire les mêmes mais « ailleurs », encore plus loin et c’est pas le plus simple, mais j’y travaille. »

  • Les sources d’inspirations

« Je regarde surtout ce qui se fait de l’autre coté de la planète : US ? pas trop en fait, ils se copient les uns les autres, c’est pénible. A par un ou 2 qui tirent tout le monde comme les Chrisman ou David Beckstead, je regarde plutôt en  Australie, à Singapour et les pays de l’Est, beaucoup de créativité en Pologne qui vient d’une génération de photographes plasticiens. je regarde quasiment pas les Français, juste pour un souci d’influence qu’on a sans le vouloir. Un peu mes potes  car juste être un peu « jaloux », ça motive à se secouer…(j’en cite aucun sinon les autres vont se vexer et mes potes se reconnaîtront) »

  • ce qui ne me plait pas actuellement 

« La tendance au mauvais cadrage ou à la mauvaise lumière masqué par un post traitement « industriel » qui se copie de part en part. Le kitsch de demain est en train de se faire aujourd’hui. La tendance à la photo de déco, aux mariages « épate galerie » à une espèce de pensée mainstream dont facebook se fait echo ».

Je remercie Jacques Mateos de m’avoir accordé du temps pour cette interview et j’espère de tout coeur que cela vous permettra de mieux connaître, de découvrir ou d’en savoir un peu plus sur ces photographes!
A très bientôt pour l’interview d’un autre photographe MyCWC
Crédit
Photographie Jacques Mateos pour Magic flight studio

1

commentaire pour “Jacques Mateos : Un photographe MyCWC {sélection 2013}”

  1. cecile

    4 avril 2013, à 10:39

    de superbes images et un homme entier c’est sûr, mais il faut ce qu’il faut quand on veut la qualité.
    Quand à cette phrase « le kitsch de demain est en train de se faire aujourd’hui » je ne peux que valider…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *